VILLES DE CINEMA

PHOTOGRAPHIES DE LAURE VASCONI

> Flyer de l'exposition et programme culturel

Mercredi à dimanche, de 14:00 à 17:00

Du 6.10.2017 au 23.12.2017

MAISON DU DIABLE, CINEMA & CULTURE VISUELLE

Rue des Creusets 31 - 1950 Sion

www.maisondudiable.ch - info@fondation-fellini.ch

Tél : +41 27 565 29 89

Entrée

Etudiants, chômeurs, AI et AVS Fr. 4.-

Adultes Fr. 6.-


L'exposition 

Durant une dizaine d’années, Laure Vasconi a posé son regard sur les studios de cinéma à Hollywood, Cinecittà, Babelsberg, Bollywood ou encore Moscou.

Alors que le cinéma rime plutôt avec stars, lumières et tapis rouges, la photographe a choisi de se détacher de ce monde d’illusion et saisir sur pellicule la face inconnue ou cachée du 7e art. Loin des ambiances de plateaux, l’artiste a en effet scruté le silence entre les productions, la destruction des décors devenus inutiles et la pénombre s’installant dans les grandes halles désertées. Ca et là, quelques indices émergent rappelant au spectateur les lieux qui ont fait l’histoire du cinéma : le nom de Marlène Dietrich dans un studio à Berlin, un décor du Casanova de Fellini à Rome ou une maquette d’Anita Ekberg représentant la célèbre scène de la Fontaine de Tevi dans la Dolce Vita. Par l’absence de détails, la photographe brouille volontairement les pistes et provoque ainsi notre imagination et nos connaissances de cinéphiles. Soudain, on se surprend à recréer la scène, à ramener le hors-champs dans le champs et on rêve d’entendre « moteur ! » ou « action ! » surgir du coeur de la photographie !

Avec son esthétique particulière, ni fictionnelle, ni documentaire, Laure Vasconi réussit avec chacune des ses images, soutenue également par la technique de tirage utilisée*, à nous emmener dans un tour du monde des « usines à rêves » du XXe siècle, nous rappelant, non sans un brin de nostalgie, la fin peut-être proche d’un art à la fois industriel et artisanal.

*Tous les tirages ont été réalisés au procédé charbon à l’Atelier Fresson près de Paris, une technique rare et complexe inventée en 1899 par Théodore-Henri Fresson.